Accès aux données GPSMob

Basé sur les informations contenues dans la base de données de suivi des instruments, les tableaux ci-dessous reprennent, par année, les missions effectuées par ces instruments et indiquent, en fonction des informations qui nous ont été communiquées, le type de mesure et la disponibilité des données correspondantes.

Chaque mission possède un statut par rapport à ses données :

  • statut : les données n’ont pas encore été mise à disposition par le responsable de mission.
  • statut : des données ont été, au moins partiellement, mises à disposition mais n’ont pas été complètement vérifiées [1].
  • statut : toutes les données ont été mises à disposition et sont vérifiées.
  • statut (blanc) : la mission n’a pas produit de données (emprunt de matériel pour test, mission restée coincée sous douanes, etc.). Cette mission n’est pas proposée dans le tableau ci-dessous, mais apparaît toujours au niveau du suivi des instruments [2].

Pour chaque mission, le responsable de mission indique s’il souhaite que ses données soient publiques. Dans l’affirmative, un DOI est créé et un lien est établi entre la mission et ses données.

Les données de chaque mission sont organisées en plusieurs sous-répertoires :

  • vrac : contient exactement ce qui nous a été transmis par le responsable de mission.
  • raw : contient ce qui a été identifié comme des données brutes, si jamais elles ont été fournies.
  • rinex : contient les fichiers rinex éventuellement découpés par jour, renommés en minuscules et avec le nom de point le plus probable, au format d.Z.
  • meta : contient tous les autres fichiers (fichiers de configuration de calcul, carnets de terrain, photos, etc.) La procédure automatique de vérification génère des fichiers station.info.insu et compte_rendu_de_traitement_insu.txt.

L’ensemble des informations proposées ici repose sur l’information reçue lors de la réservation du matériel par les personnels qui géraient le parc à ce moment-là.

Vous avez la possibilité ici de retrouver les campagnes et les DOI correspondants par auteur ou lieu géographique.

Les inexactitudes les plus courantes concernent :

  • le responsable de mission : la personne qui s’est occupée du matériel n’est pas celle qui gérait les données, ou elle n’est plus aujourd’hui dépositaire des données.
  • le lieu de mission : celui indiqué correspond souvent à l’endroit où le parc a envoyé ses instruments (par exemple une université en France), endroit qui n’est pas forcément celui où les mesures ont été effectuées.
  • le type de mesure : cette information, utile pour ceux qui recherchent des données pour leurs objectifs scientifiques, n’a pas été systématiquement demandée lors des réservations de matériel. Par défaut, le type le plus fréquent, « tectonique », est attribué à chaque mission [3].

A noter :  pour les missions antérieures à la création de l’outil de suivi des équipements (automne 2000), les informations ont été entrées dans la base de données à l’automne 2009 à partir des archives papier des années 90. Ces dernières font clairement apparaître les réservations mais il n’est pas souvent possible de savoir si la mission a été finalement réalisée. Il est également probable que des campagnes décidées presque au dernier moment en fonction des appareils non réservés n’aient laissé aucune trace dans les archives.

Merci de nous aider à améliorer l’exactitude des informations que nous diffusons.

[1] La vérification automatique suppose des mesures de type tectonique. Les données cinématiques, par exemple, ne peuvent pas, pour l’instant, atteindre un statut » vérifié ».

[2] A contrario, des collègues souhaitent voir archivées des campagnes qui n’ont pas fait appel au parc GNSS. Ces missions apparaissent dans le tableau de cet article mais pas dans le suivi des instruments du parc.

[3] La valeur initiale de cette information est basée sur le travail d’archives effectué par Pierre Briole, ancien responsable scientifique du parc GNSS.